La plus grande chasse aux loups-garous de France

Le temps d’une nuit, le sous-sol du palais des Congrès de Vichy s’est transformé en bois lugubre. Plus de 250 joueurs et joueuses se sont en effet rassemblés pour une partie géante du jeu de rôle « Les loups-garous de Thiercelieux ». La plus grande de France.

La nuit tombe et le village s’endort. Alors que la plupart des habitants sombrent dans un sommeil profond, certains d’entre eux sont bien plus agités. Ils sont en réalité des loups-garous. Et chaque nuit, leur faim insatiable les invite à dévorer un de leurs concitoyens. Au petit matin, les villageois tentent de découvrir qui est le ou les monstres qui les déciment.  Ils votent par la suite pour décider celui ou celle qui sera porté(e) au bûcher.

Si cette histoire a de quoi faire frissonner, rassurez-vous, il s’agit tout simplement des règles du jeu « Les Loups-Garous de Thiercelieux ». Le temps d’une nuit et dans le cadre du nouveau Festival des Jeux de Vichy, 250 joueurs se sont rassemblés dans les sous-sols du Palais des congrès de la ville pour une partie géante du jeu de rôle.
« C’est la première fois en France qu’autant de joueurs et joueuses participent à une même partie de Loup-Garou, et le jeu n’est à la base pas prévu pour autant de participants. Si bien que nous avons décidé de séparer les joueurs en 10 villages de 25 personnes et de les faire interagir entre eux. Nous verrons par la suite dans combien de villages les loups-garous sont parvenu, à la fin, à croquer tous les villageois », évoque, dans un sourire, Monsieur Damien, l’organisateur du festival et de cette soirée jeux.

La Grange, L’égaré, Turguy, Les Sapins,… Si les noms des villages sont tout sauf mystérieux, ils comptent très rapidement leurs premières victimes. Les loups-garous infiltrés sont impartiaux. Et très bons manipulateurs. Jeunes comme anciens, connaisseurs du jeu comme néophytes, au fil des nuits les villages s’essaiment. Les coups de Trafalgar se succèdent. Certaines terreurs nocturnes sont néanmoins découvertes, pour le plus grand bonheur des villageois. Régulièrement, des joueurs sont choisis aléatoirement pour changer de village, relançant l’intérêt de la partie.

Pour respecter les cycles journaliers et nocturnes, un joueur fait ordinairement office de conteur. Pour cette « plus grande chasse au loup-garou de France », les comédiens de la compagnie Banzaï Théatre de Vichy se sont dévoués pour plonger les villageois dans l’ambiance lugubre  propre à leurs villages. Certains jouent la carte de la sympathie ou de l’humour alors que d’autres préfèrent adopter le rôle du « conteur fou », tout en exubérance et en cri. C’est notamment le cas de Pierre.
« C’est un vrai rôle d’animation. Il faut savoir capter le public, et faire office de maître des débats en donnant la parole à tout le monde lors des phases de votes. Néanmoins, si le conteur participe grandement à l’ambiance du village, celle-ci dépend quand même des joueurs. C’est d’autant plus amusant que ce soir, ils ne se connaissent pas et doivent apprendre à se faire confiance… ou non », évoque le comédien et conteur d’un soir, capuche et bâton de pèlerin à la main.

Au fil de la nuit et des parties, les alliances se font et se défont. Les trahisons font grand bruit dans les sous-sols du palais des Congrès de Vichy. Les joueurs, villageois comme loup-garou sont néanmoins satisfaits de cette chasse géante. « Je n’ai pas arrêté de me tromper et de me faire manipuler ! », s’exclame Jérôme, venue avec ses deux enfants, dont l’un l’a cruellement dévoré en milieu de partie. « J’ai découvert une nouvelle facette de mes fils », s’amuse-t-il.

S’il n’a pas toujours été facile de gérer les cycles journaliers entre les différents cercles de joueurs – de même que le niveau sonore des sous-sols du palais des Congrès – Monsieur Damien est néanmoins ravi du déroulé de cette nuit. « J’espère que nous pourrons refaire ce type d’évènement l’année prochaine, avec pourquoi pas, encore plus de participants, connexions entre les villages et évènements surprenants. » 

Jusqu’à l’année prochaine, les loups-garous d’un soir se contenteront des nuits de pleine lune. Tapis dans l’ombre.